top of page
  • Photo du rédacteurMarina Valentin Divins Intestins

Aliments Interdits en cas de Côlon Irritable : listes et nuances

Colon-irritable-aliments-interdits-legumineuses-pois-noix-oleagineux-produits-laitiers-choux-oignon-ail-FODMAP-fibres-insolubles-axalates-lectines-gluten-aliments-ultra-transformes


Vous souffrez du syndrome du côlon irritable et recherchez les aliments interdits pour les exclure de votre alimentation ?


À chaque fois que vous mangez, vous ressentez, immédiatement ou plus tard, des symptômes digestifs du côlon irritable tels que : douleurs abdominales, ballonnements, gaz, vous avez le ventre gonflé et souffrez de constipation et/ou de diarrhée.


Vous aimeriez donc identifier les aliments à l’origine de ces problèmes de digestion pour les éliminer de votre alimentation.


Auparavant, professeure de biologie, durant 19 ans, je comprends les troubles digestifs et leurs impacts sur votre vie pour en avoir souffert depuis l'âge de 14 ans.

Aujourd'hui, référente en profilage alimentaire selon Taty Lauwers®, je vous partage, ici, une liste d'aliments dits "interdits" en cas de côlon irritable. Je vous explique leurs effets sur votre système digestif et si l’on doit véritablement s’en passer. 



 

SOMMAIRE :



 

Aliments interdits en cas de côlon irritable : comment les identifier ?


Si vous souffrez du côlon irritable, il est légitime de chercher à identifier des aliments “interdits” qui déclenchent vos symptômes digestifs douloureux. Le blé, l’orge, le seigle et autres céréales sous forme complète, les légumineuses (soja, lentilles, haricots secs, pois…), les oléagineux (noix, amandes, noisettes, graines…), les choux, oignons, ail et certains fruits et légumes avec la peau, les produits laitiers et les aliments industriels favorisent les problèmes digestifs surtout pour les intestins les plus sensibles.

Ces aliments sont riches en FODMAP, en fibres insolubles et en anti-nutriments : je vous détaille ces différentes catégories d'aliments dans cet article.

 
Colon-irritable-aliments-interdits-legumineuses-pois-noix-oleagineux-produits-laitiers-choux-oignon-ail-FODMAP-fibres-insolubles-lectines-oxalates-aliments-ultra-transformes
 

Selon moi, vous transmettre une telle liste dans l'absolu a peu de sens. Je préfère vous expliquer la raison pour laquelle ces aliments sont théoriquement à éviter.


Aussi, je tiens à vous rassurer face à la longueur de cette liste qui peut faire peur. C’est en effet une liste contraignante et impossible à suivre strictement. 

Il est donc important pour moi de vous informer de la possibilité de nuancer cette "interdiction" d’aliments en fonction de votre tolérance individuelle du moment, qu'il est possible d'améliorer.


J'aborde quelques pistes pour y voir plus clair et sortir d’une alimentation contraignante grâce à l’adaptation et à l’individualisation dans la dernière partie de cet article.


Commençons par explorer ces différents aliments dits ”interdits” plus en détail, ainsi que leurs effets sur le système digestif!



Les aliments riches en FODMAP


Que signifie l’acronyme FODMAP ?


Cet acronyme vient de l’anglais :

Fermentable Oligosaccharides Disaccharides Monosaccharides And Polyols.

Il désigne 4 catégories de glucides qui ne sont pas digérés dans l’intestin grêle et qui sont donc susceptibles de fermenter dans nos intestins (côlon et grêle en cas de SIBO*). Ils sont dits « fermentescibles ».


Les glucides désignent, en nutrition, un ensemble de nutriments composés notamment des sucres, de l’amidon (que l’on retrouve dans les féculents, aussi appelés « farineux ») et des fibres.


Les fermentations sont des réactions biochimiques de transformations des aliments par les micro-organismes présents dans nos intestins (surtout dans le côlon normalement).


L'ensemble de ces micro-organismes (bactéries, virus, champignons microscopiques) responsables des fermentations forment le microbiote (anciennement nommé flore intestinale).


FODMAP :

  • F : Fermentable = fermentescibles en français : les glucides qui sont fermentés par les micro-organismes dans les intestins.

  • O : Oligosaccharides : (fructanes et galactanes) : céréales : blé, orge, seigle ; légumes et fruits : asperge, artichaut, ail, oignon, poireau, choux, abricot, pêche, nectarine ; légumineuses : lentilles, pois, haricots secs ; fruits à coque…)

  • D : Disaccharides : lactose : (sucre du lait), saccharose (sucre de table : canne à sucre, betterave, miel, fruits…), maltose (sucre de malt)

  • M : Monosaccharides : ce sont les sucres les plus simples directement assimilables par l’organisme : fructose (sucre des fruits), glucose

  • A : And (et)

  • P : Polyols : les sucres alcool (nom se terminant par « ol ») : édulcorants utilisés par l’industrie agro-alimentaire pour augmenter le pouvoir sucrant : sorbitol, mannitol, xylitol…



Effets des aliments riches en FODMAP sur la digestion 


C’est une équipe australienne de l’Université Monash qui a mis en évidence ces 4 catégories de glucides

Ces glucides attirent l’eau dans l’intestin grêle. Les bactéries intestinales se nourrissent de ces sucres provoquant les réactions de fermentations dans le côlon mais aussi dans le grêle en cas de SIBO* (Small Intestinal Bacterial Overgrowth : Prolifération de bactéries dans l’intestin grêle censé être quasi stérile).



Les symptômes ressentis


Ces fermentations libèrent des gaz et autres substances à l’origine de nombreux symptômes de l’intestin irritable (SII) et du SIBO : ventre gonflé (distension de l’abdomen), ballonnements, douleurs abdominales, problèmes de transit intestinal (constipation et/ou diarrhée), parfois vomissement, et maux de tête. On ressent alors de la fatigue, de l'anxiété, du stress …


Ces derniers symptômes, fatigue, stress, anxiété classés "psycho-emotionnels", sont bien des conséquences du SII (à 80%) et peu souvent des causes (seulement 20%) !


Et non, le SII n’est pas dans votre tête! Si vous saviez à quel point je me sens exaspérée quand j'entends dire cela !!

J'ai souvent entendu ce genre de remarques (sans parler des moqueries), par mon entourage, même par les médecins, que mes maux de ventre étaient dans ma tête. Je ressentais alors une forte culpabilité et je me sentais comme une incapable. Ce qui venait aggraver les troubles !


Or, c'est de soutien et de reconnaissance dont j'aurais eu besoin. De compassion même! Pour générer un sentiment de sécurité et de confiance en moi, dans mon corps, afin de me sentir en état et en capacité de me libérer plus efficacement et rapidement de ces problèmes de digestion.


Heureusement, j'ai appris à m'apporter cette reconnaissance et ce soutien et je poursuis ce travail avec moi.


Et vous, est-ce que vous vous sentez soutenue et reconnue par votre entourage avec ce SII? Dits-moi cela en commentaires, je serai ravie de vous lire! 🙂


Il est vrai que l'intestin est notre deuxième cerveau (qualifié d'émotionnel par certaines personnes).

Mais en termes anatomique, je ne vous apprends pas que ce "cerveau" se situe bien dans notre ventre!! Il transmet de nombreux messages à notre "1er cerveau" (celui de la tête!)


Ces messages passent par le fameux axe intestin-cerveau (constitué par la paire de nerfs vagues).

Il a été démontré que 80% des messages empruntant cet axe viennent de l'intestin (et c'est le cas aussi pour tout le corps).

Notre système nerveux autonome (INVOLONTAIRE), celui du corps, "commande" notre cerveau à 80% du temps!


Je parlerai plus amplement de cet aspect dans un prochain article...


Il est important de noter que tout le monde ne réagit pas aux FODMAP de la même manière. Certaines personnes peuvent les tolérer sans problème. D'ailleurs, la plupart de ces végétaux riches en FODMAP sont des aliments bons pour le côlon. En effet, ils constituent des prébiotiques, très bénéfiques pour la paroi de notre tube digestif.

Mais si vous souffrez de colopathie fonctionnelle, cela peut vous soulager d’adapter leur consommation pour diminuer significativement vos symptômes digestifs


La nutritionniste australienne, Dr Sue Shepherd, a mis au point le fameux régime alimentaire d’éviction et réintégration adaptée des FODMAP pour soulager les symptômes du syndrome de l’intestin irritable (et du SIBO). 


Attention! J'ai suivi ce régime pauvre en FODMAP lorsque je l'ai découvert en 2015. J'ai fait l'erreur de le poursuivre sur le long terme tant le soulagement ressenti était important (sur le court terme) ! Les conséquences ont été lourdes pour moi : symptômes digestifs réapparus plusieurs mois après dus à l'appauvrissement du microbiote, développement d'un comportement orthorexique (obsession de manger sain) , installation d'une fatigue chronique, dépression.


Malgré tout, cette épreuve m'a permis d'approfondir l'étude des nombreux mécanismes fonctionnels qui sont en jeu dans les troubles digestifs chroniques. J'ai pu davantage affiner ma compréhension du lien physiologique entre les intestins et la sphère émotionnelle-psychique.

Comprendre le fonctionnement de son corps est la plus belle façon d'apprendre à le respecter, pour retrouver la sérénité et se libérer des troubles ...



Les aliments riches en fibres insolubles


Que sont les fibres insolubles?


Les fibres sont des molécules complexes qui constituent les végétaux : fruits, légumes, céréales et légumineuses, oléagineux.


En nutrition, elles sont réparties en 2 catégories : 

-les fibres solubles : par exemple le psyllium.

-les fibres insolubles : par exemple la cellulose


De nombreux aliments végétaux contiennent les 2 types de fibres : solubles et insolubles.


Comme leur nom l’indique, les fibres solubles :

  • se dissolvent dans l’eau et se transforme en substance gélatineuse (à ne pas confondre avec la gélatine issu des animaux)

  • sont digestes et fermentescibles au niveau du côlon (théoriquement). 

  • se trouvent principalement dans la chair et la peau des fruits et légumes.

Elles sont qualifiées de “fibres douces”.


Au contraire, les fibres insolubles :

  • ne sont pas miscibles dans l’eau. 

  • sont “rigides”

  • ne sont pas digérées par notre système digestif

  • ne sont pas fermentescibles par notre microbiote

  • facilitent (en théorie) le transit et préviennent la constipation (en théorie, hors côlon irritable!)


On les retrouve principalement dans les enveloppes et coques externes dures des céréales (le son), des légumineuses, des oléagineux et dans la peau des fruits et légumes. 

Elles confèrent leur rigidité et leur forme aux tiges, feuilles et coques externes. Leur nature les rend agressives pour la muqueuse intestinale en cas de SII.



Aliments riches en fibres insolubles (classées par ordre d’agressivité pour la muqueuse intestinale) :


 

1-blé, orge, seigle, épeautre (petit et grand), kamut complètes

2-avoine, orge complètes

3-riz, quinoa, maïs, sarrasin, millet si complètes, choux, oignons

4-salsifis, ail, banane crue, pois chiches (crus ou cuits)

5-oléagineux avec la peau (amandes, noix…)

6-légumineuses

7-fruits et légumes crus (avec la peau) et parfois cuits.


 

J’attire ici votre attention sur le fait que cette liste d’aliments riches en fibres insolubles est une liste théorique et ne se concentre que sur la présence de ces fibres. Or, parmi ces aliments, certains contiennent aussi des FODMAP (fibres solubles et fermentescibles) et autres constituants délétères pour votre digestion.


Par exemple, dans cette liste : l’agressivité des céréales en position 1 est supérieure aux légumineuses en position 6. Or, dans mon cas, je tolère beaucoup moins les légumineuses, que le riz et le quinoa par exemple.

C'est dû à la présence de FODMAP dans les légumineuses auxquels s’ajoutent d’autres éléments que je vous décrirai ci-après.


Il se peut donc que pour vous aussi l’ordre théorique de cette liste soit différent, car de nombreux aliments accumulent les différentes catégories de composants défavorables au système digestif en cas de colopathie fonctionnelle.


D'après mon expérience, il ne s’agit pas d’interdire radicalement, mais de doser finement et cela s’apprend!


Si vous avez une question pour savoir comment rendre ces aliments riches en fibres plus digestes, posez-la moi sur WhatsApp ou Instagram, j'y répondrai avec joie 😊



Effets des fibres insolubles sur la paroi intestinale


Si vous souffrez de l’intestin irritable, il est fort probable (et même sûr) que votre muqueuse intestinale soit endommagée (hyperperméabilité, inflammation). Et que votre microbiote (flore intestinale) soit déséquilibré (=dysbiose).


Consommer davantage de fibres insolubles (par exemple pour évacuer en cas de constipation), risque au contraire d’empirer vos symptômes en renforçant le cercle vicieux de la dysbiose :


  • en « agressant » davantage la muqueuse intestinale par leur nature « irritante »

  • en renforçant ainsi l’inflammation intestinale

  • en diminuant l’absorption de certains nutriments et minéraux (fer, calcium…), ce qui diminuent l’activité des enzymes digestives (carences nutritionnelles)

  • et en contribuant ainsi au déséquilibre du microbiote (dysbiose) générant des fermentations à son tour.



Dysbiose-Fibres-insolubles_inflammation-muqueuse-intestinale_fermentations

Dans un premier temps, réduire l’apport de ces fibres est tout à fait légitime.

Il est aussi nécessaire d’agir plus en profondeur : en rééquilibrant votre microbiote et en « réparant » votre muqueuse intestinale, qui permettra de réintégrer ces fibres progressivement dans votre alimentation.


Il est important d'être à l'écoute de votre corps et d'ajuster votre consommation de fibres en fonction de vos besoins et de votre tolérance individuelle du moment.




Végétaux et anti-nutriments


Que sont les anti-nutriments ?


Certains végétaux sont composés de molécules appelés anti-nutriments

Les végétaux, qui ne peuvent ni fuir ni combattre en cas d’agression, ont développé cette stratégie pour se protéger des agents pathogènes (bactéries, virus, champignons, insectes, animaux et êtres humains). 

Parmi ces substances, on trouve notamment les lectines, les oxalates, les phytates, les tanins, les alcaloïdes, les goitrigènes, les inhibiteurs d'enzymes, les saponines.


Etudions ces anti-nutriments de plus près.



Les aliments riches en lectines


Liste de quelques aliments riches en lectines


 

-blé, orge, seigle, épeautre : le gluten est une lectine

-grains, noix (surtout cacahuète et noix de cajou)

-légumineuses

-les solanacées : aubergines, tomates, pommes de terre, poivrons

 

Effets des lectines sur la digestion


Les lectines ont des effets négatifs sur la digestion en inhibant l’activité des enzymes digestives.


Elles empêchent l’absorption de certains minéraux induisant donc des carences. Les enzymes digestives ont besoin de ces minéraux pour s’activer et accélérer les réactions biochimiques de digestion.

C’est ainsi que votre microbiote fermente les aliments qui ne sont pas suffisamment digérés. Vous ressentez alors ballonnements, douleurs abdominales, gaz et diarrhée (et autres symptômes extra-digestifs) qui sont des conséquences de ces fermentations excessives.


En plus de cela, les lectines :

  • perturbent la digestion des protéines.

  • peuvent augmenter la perméabilité de la muqueuse intestinale augmentant l’inflammation intestinale.


Doit-on les exclure radicalement, ou y a-t-il des solutions pour diminuer ou supprimer leur impact ?

Il existe bien-sûr des solutions pour diminuer voire supprimer leurs effets négatifs sur la digestion.



Les aliments riches en oxalates : 


Comme je le disais précédemment, dans le cas du syndrome de l'intestin irritable et du SIBO, le déséquilibre microbiotique mais aussi lipidique sont courants et caractéristiques. 


Les lipides sont les nutriments constituant les graisses, avec les glucides et les protéines, ils forment les 3 catégories de macro-nutriments (grosses molécules alimentaires, apportant de l'énergie à l'organisme)


Que sont les oxalates ?


Les oxalates sont des substances présentes naturellement dans de nombreux aliments.

Ils sont également issus de réactions métaboliques de l’organisme. Ils peuvent se combiner au calcium (et au fer) et à d’autres substances ce qui leur confère des propriétés régulatrices du calcium et antioxydantes.


Une quantité excessive d'oxalates dans le corps peut provoquer des troubles digestifs si vous souffrez de l’intestin irritable (et autres troubles chroniques inexpliqués).


Quelques aliments connus pour être riches en oxalates

-chocolat

-thé

-épinards

-haricots verts et jaunes

-patates douces

-betteraves

-poivrons verts

-tomates

-aubergines

-persil

-céréales complètes

-oléagineux

-figues

-fruits rouges

-soja et dérivés

-…


Effets des oxalates sur l’organisme


Les oxalates se fixent au calcium pour être évacués, en temps normal, dans les selles. Ils sont aussi éliminés par une espèce de bactéries présentes en cas de bon équilibre microbiotique (=eubiose).


En cas de déséquilibres des lipides (graisses) et du microbiote (flore intestinale), les oxalates ne sont plus éliminés normalement. Ils sont alors en excès et libres dans le côlon générant une inflammation intestinale


N’ayant plus assez de calcium pour les rendre insolubles et les évacuer dans les selles, ces oxalates sont réabsorbées à travers le côlon et circulent, libres, dans le corps. 


Lorsqu’ils rejoignent le système urinaire, ils se combinent au calcium. C’est la formation de calculs rénaux.

Lorsqu’ils atteignent d’autres tissus, ils peuvent être à l’origine de douleurs inexpliquées et chroniques difficiles à traiter par les méthodes conventionnelles habituelles (fibromyalgie, maladies auto-immunes, vulvodynie, problèmes de thyroïde...).


Au sujet des oxalates, la recherche débute et la liste ne peut être exhaustive. Il s’agit de vérifier cette piste en dernier recours ! 

Il est important d’identifier d’abord si les oxalates sont vraiment à l’origine de vos problèmes digestifs (et autres) et d’adapter individuellement si c’est le cas.


Voilà tout l’intérêt de bénéficier d’un accompagnement individualisé. Le profilage alimentaire selon Taty Lauwers® est un outil précieux, le plus abouti en termes d’individualisation. Combinée à la régulation du système nerveux (particulièrement l'axe cerveau-intestins via le nerf vague) vous pourrez comprendre votre propre fonctionnement métabolique, physiologique.

Vous serez ainsi capable d'identifier vos aliments ressourçants®.

Vous serez capable de retrouver un état physiologique propice à la digestion.

Vous apprendrez à doser individuellement ces aliments “interdits” dans votre quotidien selon votre propre tolérance alimentaire du moment (et oui, il est possible de l’augmenter!)


Cliquez ici pour apprendre à personnaliser votre alimentation et retrouver liberté et plaisir alimentaire dans votre assiette!



Les aliments riches en phytates (acide phytique) :


Les molécules de phytates jouent un rôle dans le stockage du phosphore et des minéraux essentiels pour les végétaux.

Ces minéraux sont ensuite libérés lors de la germination pour contribuer aux besoins de croissance de la plante.


Liste des aliments riches en phytates :


Les graines des végétaux, les oléagineux, les céréales complètes, les légumineuses sont riches en acide phytique.


Légumineuses :

haricots

lentilles

pois

Oléagineux :

amandes

noix

noisettes

Graines :

tournesol

soja

colza

Céréales complètes :

blé

riz

sarrasin

quinoa


Effets des phytates sur l'organisme :


Ces molécules de phytates se lient au Zinc, au fer et au calcium (puisque la molécule a des propriétés de stockage) : réduisant ainsi leur absorption et pouvant donc provoquer des carences en minéraux indispensables au bon fonctionnement de l'organisme et de la digestion.



Les aliments riches en tanins :


Autrement nommés polyphénols hydrolysables, leurs effets bénéfiques pour la santé sont bien connus : anti-inflammatoires et anti-oxydants. On les reconnait aussi par la sensation astringente dans la bouche et leur goût amer quand on les ingère.


Liste des aliments riches en tanins :


Boissons :

-thé

-café

-vin


-chocolat


Fruits :

-canneberge

-raisins

-pommes

-framboise

-cassis

-prune

-grenade

...


Légumes :

-Aubergines

-champignons

-artichaud

-épinards

...


légumineuses :

-fèves de soja

-pois chiche

-haricots rouges

...


Noix

-noix de Grenoble

-noix de cajou

-Noix du Brésil


Graines :

-graines de chia

-Graines de lin

...


Épices :

-cannelle

-clou de girofle

-curcuma

-gingembre

-muscade


Effets des tanins sur l'organisme :


Ils se lient aux protéines et aux minéraux et diminuent donc leur absorption.

Ils provoquent l'agrégation des protéines les rendant insolubles et donc non digestes. En se liant aux enzymes digestives (qui sont des protéines), les tanins inhibent leur activité et donc la digestion.

Ils peuvent aussi se lier au Zinc, Cuivre, Fer... réduisant ainsi leur absorption.



Autres anti-nutriments :


Les saponines :

Molécules aux propriétés détergentes naturelles : utilisées dans la saponification : fabrication du savon. On les retrouve dans le quinoa, les légumineuses, les légumes racines, les châtaignes, les tomates vertes...


Les goitrogènes :

Substances naturelles qui interfèrent avec la synthèse des hormones thyroïdiennes (en captant l'iode) : on les retrouve dans les crucifères : choux de Bruxelles, les brocolis, le chou, dans les navets, le radis, le cresson, le soja, les graines de lin, le millet, les pêches, les abricots et autres fruits à noyau...


Les alcaloïdes :

Substances dérivées de certains acides aminés (unités constitutives des protéines) et utilisées comme moyen de défense contre les herbivores. Ils peuvent influencer le système nerveux (drogues, médicaments...) ainsi que la digestion (entre autres). On les trouve dans le café, le thé (caféine), les pommes de terre, les tomates, les aubergines, les légumineuses, le chocolat, les céréales complètes...


Les inhibiteurs d'enzymes :

Molécules qui se lient aux enzymes pour les inhiber ou les inactiver définitivement ou non. Les haricots blancs, champignons (et additifs alimentaires, bactéries...) en sont riches.



Je parle, au dernier paragraphe de cet article, des moyens de réduire, voire éliminer ces anti-nutriments.



Autres aliments interdits (théoriquement) pour les intestins sensibles


Ici, je souhaitais mettre l’accent sur d'autres aliments (dont certains sont déjà classés plus haut) qui sont susceptibles d'entraîner des symptômes chez les personnes souffrant de colopathie fonctionnelle : 



Liste annexe d’aliments interdits en cas de côlon irritable : 

 

-les produits laitiers : en raison de la présence de lactose (FODMAP) et de la caséine peu digeste

-tous les aliments ultra-transformés, génétiquement modifiés (OGM) par l’industrie agro-alimentaire (même sans gluten) qui n’ont plus rien à voir avec des aliments naturels et ne sont plus reconnus par nos enzymes digestives !

-les additifs alimentaires en tout genre

-le soja moderne non fermenté

-Les ”insectes-alimentaires” : je trouve qu’il n’y a pas suffisamment de recul sur ces « aliments », je déconseille personnellement. D’autant qu’il est connu qu’ils portent des microorganismes pouvant être pathogènes (bactéries, virus, champignons microscopiques, parasites) et des toxines. Certains disent que leurs protéines sont riches en purine qui peuvent être à l’origine de calculs (avec les oxalates, vous serez servies!!)

 

Parmi ces aliments, les produits laitiers et le soja peuvent devenir plus digestes grâce à une transformation respectueuse si leur source est déjà qualitative.

J'en parle juste après...




Aliments interdits en cas de côlon irritable : Faut-il vraiment tous les interdire ?


Tout d’abord, j’attire votre attention sur la nature des aliments constituant ces listes. Ce sont principalement des aliments d’origine végétale, aliments réputés sains.

On voit ici, que si vous souffrez du syndrome de l’intestin irritable, ils ne sont pas sains (tels quels) pour vos intestins sensibles.



Ces aliments (listes non exhaustives) sont-ils à “interdire” absolument? 


Tous les aliments listés ne sont pas strictement “interdits” en cas de côlon irritable : cela dépend de : 

-leur qualité

-leur transformation

-l'interaction entre l'aliment et votre système digestif

-l’adaptation individuelle


Tout d’abord, la qualité des aliments est primordiale pour favoriser votre digestion (origine, type de cultures, d’élevage, produits bruts ou ultra-transformés par l’industrie agro-alimentaire…)


D’autre part, certains des aliments pourront être transformés chez vous, ou par les producteurs, avec douceur et respect pour augmenter leur digestibilité grâce :


-au trempage : avec quelques gouttes d'acide ou de bicarbonate de sodium ou de l'algue Kombu selon l'aliment et les substances indigestes à éliminer. Cela solubilise et libère les anti-nutriments concernés

-à la germination : attention, elle n'est pas compatible avec certains profils, à tester!

Elle permet de réduire l'acide phytique et augmente la teneur en nutriments et la digestibilité en général (sauf pour certains profils!)

-à la cuisson douce et adaptée peut réduire ou désactiver les lectines et phytates notamment et "ramollir" certaines fibres insolubles les rendant plus solubles et digestes

-la fermentation : permet de dégrader, par les micro-organismes (c'est une pré-digestion), certaines substances difficiles à digérer par nos intestins sensibles

-à la diversification ses apports alimentaires pour éviter toute accumulation de substances "néfastes" pour votre digestion


Ensuite, chaque personne réagit (biochimiquement) de manière unique à un aliment. Ce qui ressource une personne ne ressource pas forcément une autre. Le profilage alimentaire combiné à l'audit nutritionnel et à l'observation du corps sont des outils précieux et efficaces pour identifier et comprendre cette interaction individuelle entre un aliment et votre corps.


Enfin, certains des aliments cités pourront tout de même être ingérés selon votre profil et votre tolérance due à votre problématique du moment (le but étant de la faire évoluer).



Retrouvez votre liberté alimentaire et globale par l’individualisation :


Je crois qu’il n’existe pas de vérité universelle concernant l’alimentation. Ces listes ne sont que des pistes théoriques à nuancer et à adapter selon vos propres ressentis, les manifestations de votre corps, votre profil personnel et votre état physiologique du moment. Tout cela est à déterminer et à identifier au cas par cas. 


L’individualisation et l’adaptation à votre problématique vous aident à identifier ce qui est bon pour vous. 

Vous pouvez aussi aller plus loin en identifiant les aliments bons pour votre côlon que vous pourriez tolérer (et apprécier) en cas d'intestin irritable. Je les liste dans cet article et explique leurs bénéfices pour notre tube digestif et même notre bien-être global.


Il est primordial que le temps de l’exclusion de certains aliments bien identifiés, corresponde au temps de régénérer votre système digestif. Il n'est donc pas nécessaire que cette élimination soit systématique et totale.

Il ne s’agit pas de tomber dans le contrôle à tout prix : personne ne rêve de vivre l’anorexie ou l’orthorexie (=obsession du bien manger) dans laquelle je suis tombée moi-même!!


Je crois très important de se focaliser sur son état intérieur. Il s’agit d’apprendre à observer, écouter votre corps, à le respecter et à répondre à ses besoins pour trouver la liberté alimentaire et globale dans votre vie.



Importance du plaisir de s’alimenter sur la digestion : 


Le plaisir est essentiel dans l’alimentation. Il contribue à favoriser la digestion. Le plaisir procuré par les 5 sens (vue, odeur, texture, goût et même toucher = qualités organoleptiques) augmente les sécrétions digestives et la motilité du tube digestif grâce à des réactions nerveuses réflexes issues des organes récepteurs des sens. 


Et vous, parmi ces listes, quels aliments avez-vous identifié comme néfastes ? Quels aliments sont au contraire sans effet négatif sur vous ?

Je serais ravie de lire vos réponses en commentaire ci-dessous. 🙂


Au cours de l'accompagnement que je propose, je vous transmets des pistes solides pour vous apprendre à augmenter la digestibilité de ces aliments dits “interdits” et à améliorer votre capacité interne à les digérer en cas de côlon irritable, le tout, en vous faisant plaisir 





Côlon irritable : au-delà des interdits, vers une alimentation personnalisée pour une digestion harmonieuse!


Vous avez maintenant une liste d’aliments interdits en cas de côlon irritable. Vous connaissez désormais leurs effets (théoriques) sur l’organisme et la raison pour laquelle ils sont communément interdits. 


Heureusement, il est possible de nuancer cette liste en vous rapprochant de votre corps et grâce au profilage alimentaire selon Taty Lauwers®. Des principes qui vous guident pour élargir votre diversité alimentaire et retrouver le plaisir de vous nourrir.


Si vous souhaitez être accompagnée pour en apprendre davantage et sortir des contraintes alimentaires, j’ai conçu un accompagnement personnalisé combinant le profilage alimentaire et l'alimentation ressourçante selon Taty Lauwers® ainsi que la régulation du système nerveux via le nerf vague (axe cerveau-intestin).

Il s’inscrit dans une approche globale et unique pour examiner précisément l’origine de votre problématique digestive et la stratégie individuelle pour en sortir.


Apprenez à améliorer votre tolérance alimentaire pour retrouver une digestion harmonieuse et vous sentir plus libre dans votre vie !



Marina ~ Divins Intestins

Harmonisatrice de digestion



Bibliographie : 

https://www.editionsaladdin.com/dugaz/index.html : issu de la collection les "Topos de Taty®" (Taty Lauwers)

« Nos précieux intestins » REGENERE, Thierry Casasnovas


175 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page